previous / next
photographer

Julia Fullerton-Batten

C’est votre seconde exposition impossible avec un film qui depuis s’est amélioré.

Quel était votre deuxième image ?

Ma mère était en visite depuis l’Allemagne. J’ai voulu faire une série d’elle ; faisant les choses de la vie : dormir, marcher, se coiffer les cheveux etc. Simplement témoigner de la vie quotidienne d’une femme de soixante ans. La seconde image est d’elle en train de se changer.

Avez-vous changé votre façon de travailler ?

Je n’avais pas le filtre ND pour l’appareil Polaroid SX-70 donc j’ai utilisé la caméra Business 600. Cependant j’ai constaté que je n’aimais pas du tout l’utilisation du flash sur cet appareil et à ce moment je ne savais pas que je pouvais l’utiliser sans flash. Donc j’ai attendu le filtre ND. Malheureusement ma mère avait quitté Londres et j’ai dû réfléchir à une nouvelle série qui a donc été le casting de ma dernière série fine art « Awkward ».

Qu’avez-vous aimé ou pas utilisant ce film ?

Ce film est encore un peu trop à l’aveuglette pour moi, mais j’aime beaucoup cet aspect peinture avec des couleurs sourdes.
Et j’ai dû shooter presque tout un paquet d’Impossibles avant d’être satisfaite. Mais là encore, je suis une perfectionniste !

La suite ?

Je comprends que je dois approcher ce film différemment que de ma manière de travailler habituelle, aussi je dois ajuster mes attentes du résultat final.
Mes images demandent beaucoup de lumière et un niveau de production important. Mais je vais continuer à ne pas prendre trop au sérieux la prise d’images avec le film Impossible car j’apprécie le résultat.